Il va de soi que si nous pouvons nous passer d’une grammaire absolument parfaite à l’oral, nous ne pouvons pas inventer des mots ou des expressions qui n’existent pas ou qui ne font pas sens.
Il s’agit donc de les découvrir, de les comprendre et de les retenir.

La question est comment faire pour retenir le vocabulaire et les expressions nouvelles ?

Nous sommes persuadés à l’Académie des langues que non seulement apprendre des listes de vocabulaires par cœur n’est pas efficace et mais en plus que personne n’aime faire cela, ce d’autant plus que les listes de vocabulaire sont souvent des mots traduits d’une langue à l’autre sans prendre en considération ni la multiplicité des sens que recouvrent quasiment tous les mots dans toutes les langues ni le fait qu’une traduction sera exacte dans un contexte donnée et fausse dans une autre.

Pour prendre un exemple simple, ‘rater’ dans le sens ‘échouer’ se traduira en anglais par ‘fail’ (‘I failed my test’ : ‘J’ai raté mon test’) mais se traduira par ‘miss’ dans le sens manquer (‘I missed my train’, ‘J’ai raté mon train’).

Rarement, les listes de vocabulaires à rallonge vont s’attarder sur de telles subtilités.
Autrement, on peut juste apprendre le dictionnaire…

Nous revenons donc à notre question de départ : Comment mémoriser le nouveau vocabulaire ? Qui nous amène directement à une autre question : Comment fonctionne la mémoire ?

Selon les neurosciences, comprendre et/ou mémoriser, c’est connecter deux ou plusieurs neurones ensembles. Les neurosciences ont aussi montré qu’une connexion neuronale est à son stade initial faible et doit se muscler, régulièrement afin de devenir forte, robuste et solide, de manière à ce que la moindre évocation d’une situation, idée ou sensation, le mot juste puisse revenir de la mémoire à la conscience sans effort.

L’analogie de la mémoire à un muscle est vraiment pertinente, en ce sens où premièrement il faut les faire fonctionner régulièrement afin qu’ils deviennent forts et deuxièmement, une fois devenus forts, ce  qui nous apparaissait au départ difficile et compliqué ne requiert au bout d’un moment plus aucun effort. La différence étant que les muscles biologiques ont des limites ; la mémoire, beaucoup moins. L’on pourrait en effet retenir une infinité d’information si nous étions suffisamment motivés pour ce faire et surtout si nous en avions le temps.

Surtout, ce qui se dégage de tout ceci est la régularité. En effet, faire de la muscu une fois tous les six pendant une journée entière ne vous apportera pas grand-chose à part de grosses courbatures. De même pour le vocabulaire des langues étrangères. Vous seriez plus susceptible d’en retenir le mal de tête que cela vous aurait causé que beaucoup de vocabulaire. Six mois plus tard, combien de mots aurez-vous retenu avec une telle méthode ?

Ainsi la régularité, c’est l’assurance de connecter vos neurones associés à tel mot ou expression, ce qui automatiquement vous conduira à les retenir, et ce sans doute à jamais, dès lors que vous garder un contact régulier avec la langue que vous souhaitez comprendre et utiliser.

Grâce à nos cours flexible, en centre ou en vidéoconférence, qui s’adaptent à votre emploi du temps et le campus virtuel de Cambridge, vous pouvez muscler votre mémoire à tout moment et où que vous soyez. Il ne s’agit pas d’apprendre par cœur mais ‘d’aller régulièrement à la rencontre’ de ce vocabulaire en contexte, en l’occurrence sur le campus virtuel de Cambridge’, et ce de manière à ce que vos neurones associent les trois dimensions fondamentales du mot :

Avec notre méthode intégrée Cambridge University Press et en relativement peu de temps (en moyenne, 1 heure une heure et demi tous les 4, 5 jours pour une mémorisation optimale) vous associez facilement et en contexte le sens, l’idée, l’image, la notion avec l’orthographe et le son. De plus vous apprenez à insérer ce mot ou cette expression dans une phrase avec une multiplicité d’exemples qui vous permettrons à votre tour de l’adapter à votre discours et votre propre façon de voir et ainsi d’exprimer les choses de manière naturelle et spontanée, qui ne bloquera pas votre expression mais au contraire libérera votre parole.

C’est en cours, en face-à-face et en mini-groupe, que vous aurez toutes les occasions de vous exprimer sans blocage ni prise de tête en employant dans une situation conversationnelle réelle le nouveau vocabulaire. Votre coach corrigera vos petites erreurs si nécessaire (cf article, ‘Pourquoi faire des fautes ?’) et validera vos acquis.

Surtout et c’est ainsi que nous conclurons, employer un mot nouveau ou une expression nouvelle, c’est s’assurer de le, la, les retenir à jamais. Il suffit après coup de relire une, deux, trois fois les notes prises durant le cours (5 minutes), afin de réactiver les connexions neuronales. De cette manière, il  est fort à parier que ce vocabulaire nouvellement acquis viendra, lorsque le besoin s’en fait sentir, à votre conscience quasiment aussi vite que le Français ou votre langue maternelle, tant que vous aurez un contact léger, certes, mais régulier avec l’anglais.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.